Souvenirs de la maison désaffectée by Marilyne Bertoncini

Les sarments décharnés

sur la façade blanche

mais le jardin frémit

dès qu’on franchit le seuil

la maison aux yeux clos

s’éventre mollement dans le désordre du jardin

tout ondule et flotte dans l’ombre

brouillée d’un verre de bouteille

sous la dentelle acide des fraises ensauvagées

la suave escarboucle

les ruches abandonnées

un reflet qui s’accroche à la vitre brisée

Le tilleul sur le toit de tôle

secoue ses bouquets blonds

des fantômes frôlent encore les pruniers

foulent la mousse

Ils ont laissé une sandale morte

sur le gravier de l’allée.

Marilyne Bertoncini has published numerous articles on literature, and translated the work of poets

from all over the world. Her own poetry has appeared in journals such as The Wolf, Cordite, La

Traductière, Recours au Poème and can be seen on her blog hereHer

translation of Tony's Blues, by Barry Wallenstein, was published in October 2014, and her

first collection, Labyrinthe des Nuits, is expected in March 2015.

Inspired by

This inspired

© 2017 Spontaneity. Copyright of contributions remains with the artist.